La sécurité dès la conception

En construisant avec des éléments préfabriqués, il est possible de penser dès la phase usine à la sécurité sur chantier. Des dispositifs qui contribuent à augmenter la sécurité peuvent de manière simple, économique et efficace être prévus en usine. Ils doivent naturellement être planifiés dans le projet. Ce qui est formidable dans ce cas, c’est que vous fournissez des mesures avant que le coordinateur de sécurité n’intervienne.

Les coordinateurs de sécurité sont, depuis quelques décennies, indispensables sur chantier. Ils ne sont toutefois impliqués dans le projet qu’à la fin de la conception. C’est pour cette raison qu’il est important que le concepteur lui-même soit au fait des solutions possibles de sécurité, de sorte qu’elles puissent apparaître à un stade précoce sur chantier. Aujourd’hui, il arrive encore trop souvent que la protection antichute collective ne soit mise en place que lorsque les éléments de plancher sont posés et la dalle de compression coulée. C’est malheurusement trop tard, car les travaux les plus dangereux sont à ce moment déjà terminés !

Balustrade

Un premier pas consiste à pourvoir en usine, lors du coulage, les éléments préfabriqués de tuyaux, manchons et réservations. Ainsi, lors du montage, il devient très facile de fixer des rampes, clôtures, filets ou ceintures de sécurité.
Ces moyens favorisent par eux mêmes la manutention sûre des éléments préfabriqués et peuvent servir pour la fixation d’étançons, de protections latérales et de plateformes de travail.

Les réservations pour les moyens de protection individuels, comme l’ancre de ligne de vie, peuvent être prévus dès
la production. Des aspects liés à la sécurité peuvent déjà être inclus dans la phase de développement du produit. Traditionnellement, les éléments sont fabriqués étage par étage, mais ils peuvent tout aussi bien être divisés garde-corps par garde-corps. Parce que les éléments sont surélevés par rapport au niveau du plancher, ils servent en même temps de protection latérale pendant les travaux. Si les ouvertures de fenêtres ou de portes se trouvent au niveau du plancher, une protection latérale peut être placée dans l’élément cadre en béton, sous la forme de deux barres d’armature. Grâce à ce dispositif, le risque de chute est également sous contrôle aux ouvertures des portes et fenêtres et aucune mesure supplémentaire ne doit être prise. Dans la phase de finition, la protection latérale peut facilement être meulée avant la pose des éléments de fermeture.

Les éléments de parois peuvent être divisés garde-corps par garde-corps. Comme cela ils servent en même temps de protection latérale.

Mains courantes

La sécurité et le montage peuvent aussi être combinés par le biais de l’étançonnage. Les étançons de poussage et de tirage sont utilisés pour le réglage des éléments, mais ils peuvent tout aussi bien être utilisés comme protection latérale de l’étage suivant.

Les éléments sont transportés horizontalement. Avant de les redresser, les amener à l’emplacement exact et les régler ; les étançons de poussage et de tirage ainsi que les supports de mains courantes sont fixés. Après la pose des éléments de plancher, la protection latérale de l’étage suivant peut directement être installée.

Attention : en fonction de la situation de chantier, les étançons de poussage et de tirage comme protection antichute ne constituent pas toujours une solution économiquement viable. Le choix du système constructif a une grande influence sur les mesures de sécurité indispensables.

Les dispositions nécessaires pour les parois massives en béton diffèrent fondamentalement de celles des prémurs, qui doivent encore être remplies de béton par coulage. Dans le premier cas l’étançonnage du côté intérieur suffit pour le réglage de la paroi. Pour le coulage en toute sécurité du béton dans le creux des prémurs, une plateforme doit être installée à l’extérieur.

Armature d’attente

Avant de redresser les éléments π, les étançons de poussage et de tirage ainsi que les supports de mains courantes sont fixes. Après la pose des éléments de plancher, la protection latérale de l’étage suivant peut directement être installée

Il n’est pas seulement avantageux et efficace de prévoir dès la conception un certain nombre de mesures, la planification peut également influencer la sécurité. L’ordre de montage a en effet une influence sur les mesures à prendre. Il est ainsi conseillé de ne couler les liaisons entre les poutres et les colonnes que lorsque le plancher est posé. Si cela se fait tout de même avant, le coulage doit se faire en hauteur, ce qui n’est pas à conseiller, parce que cela amène des risques, comme travailler sur des échelles.

Une technique encore plus efficace que celle qui consiste à couler après la pose est celle de l’utilisation de nœuds à sec. Ils augmentent la sécurité et la vitesse d’exécution. Les liaisons à sec sont réalisées au moyen de housses de coulage, les ainsi nommées « gaines », à prévoir dans les éléments. L’armature d’attente y est prévue. Après la pose, elles sont remplies d’un mortier sans retrait.

Cet article offre un aperçu des nombreuses mesures possibles pour augmenter la sécurité sur chantier avec du béton préfabriqué. (JM)

Source: CSTC, Rapport N° 10, Sécurité et mise en œuvre d’éléments préfabriqués en béton.