La Maison de repos et de soins du Zuiderlicht

© Verheyen

Le choix de matériaux durables munis d’une finition esthétique

La Maison de repos et de soins (MRS) gantoise Zuiderlicht a résolument choisi, sous tous les aspects, une approche d’avenir pour répondre aux défis des soins. Cette approche s’est faite par l’intégration de nouvelles techniques ainsi que grâce à des choix intentionnels de conception et de matériaux. Dans leur recherche de matériaux durables pour la façade, les concepteurs ont choisi des panneaux sandwiches préfabriqués en béton architectonique. La structure en planches reflète l’environnement vert auquel le bâtiment est intégré.

A notre arrivée sur le site du Zuiderlicht nous croisons immédiatement un résident (temporaire) célèbre. L’écrivain néerlandais Arnon Grunberg y passe quelques jours pour écrire, à la demande du journal « De Standaard », une série de dix reportages sur le personnel et les résidents de la MRS. La présence de Arnon Grunberg à cet endroit pour son projet d’écriture est tout sauf une coïncidence. La Zuiderlicht, l’une des cinq résidences-services que le CPAS a récemment ouvert, veut être à tous points de vue une maison ouverte et transparente.

La vie de tous les jours

La résidence-services répond naturellement à tous les besoins et exigences de soins, mais a aussi choisi consciemment de rendre l’aspect des soins le plus discret possible. L’ambiance familiale qui règne ici s’accorde au mieux à la vie de tous les jours. La résidence-services est équipée à cet effet des méthodes et techniques les plus modernes, comme un système d’appel de soins, une gestion relative à l’agression, et une détection sur mesure des problèmes d’errance. Le personnel, par exemple, ne se déplace de préférence pas en ‘uniforme’ et dans les couloirs, vous ne vous heurtez pas à des appareils (para)médicaux.

L’intimité a aussi été obtenue grâce à des choix de conception réfléchis. C’est ainsi que les postes de soins sont restreints au minimum et lors de l’aménagement, l’attention a été consacrée à des espaces stylés et riches en couleurs avec une luminosité naturelle importante.

Les espaces communs de vie sont pourvus de cuisines joliment aménagées. Les chambres individuelles peuvent être aménagées selon les goûts personnels. Un environnement convivial et rassurant est ainsi offert, une ambiance familiale dont le but est le confort des résidents, de sorte à ce qu’ils puissent continuer au maximum à se développer.

Le personnel prévoit des activités stimulantes de temps libre. Les résidents ont ainsi accès à des livres audio et d’autres outils adaptés. La politique de la résidence met aussi en avant les effets positifs de la nature sous toutes ses facettes. A cet effet, plusieurs zones vertes, un jardin et un potager ont été prévus. Ces beaux et grands jardins intérieurs et extérieurs ont également une vocation de rencontre et de contact social. Il y a de l’espace pour des activités à l’extérieur. On y trouve aussi de beaux coins d’ombre, des sentiers de promenade… Même les animaux domestiques sont ici les bienvenus.

Architecture

Les jardins et la place intérieure ont été réalisés grâce au bureau d’architecture ARCH & TECO et De Vloed. En termes de plan, Zuiderlicht est constitué d’une colonne vertébrale centrale où sont hébergés toutes les fonctions administratives, l’entrée, l’accueil et la salle polyvalente. Les parties de bâtiments en forme de U liées à cette colonne vertébrale constituent le programme effectif d’hébergement, à savoir la résidence et les soins journaliers aux résidents. Dans l’image finale, les deux parties de bâtiment en U ont été glissées les unes vers les autres et partiellement intégrées dans la colonne vertébrale (Fig. 1). Ainsi, l’interdépendance du complexe est davantage poussée et les résidents peuvent effectuer un beau parcours à l’intérieur – ce qui se fait d’ailleurs intensivement. Sebastien Cools, CEO d’ARCH &TECO explique : « Ce plan fait du complexe, en quelque sorte, une rue transformée en place avec des bâtiments tout le long. Cela s’accorde avec la politique de la résidence urbaine, dans laquelle la vie quotidienne antérieure des résidents se poursuit. »

Ces résidents appartiennent à différents groupes. Zuiderlicht offre depuis 2016 des soins spécialisés à trois groupes spécifiques  des 65+ psychiquement fragiles, des personnes avec une démence à un jeune âge, des personnes d’âge moyen avec un besoin de soins spécifique. Le centre de soins de résidence classique s’ouvrira dans la deuxième aile en octobre, avec 96 unités de logement pour des personnes âgées nécessitant des soins. Au total, 144 résidents vivront alors ensemble au Zuiderlicht.

La Zuiderlicht est situé dans un environnement vert et riche en arbres, auquel se raccorde un chemin de promenade et cyclable. Depuis le parc, tout proche, se trouve sur le site un ensemble d’arbres de différents types. Depuis ces perspectives, réaliser une finition de façade en couleurs et matériaux naturels devenait une évidence.

Sebastien Cools  «  Nous avons choisi des matériaux ayant un caractère durable intrinsèque, pouvant en même temps être entretenus rapidement et simplement. A cet effet, des matériaux de nature minérale et renouvelables ont été utilisés autant que possible ; et ceci sur base de la classification NIBE et des principes du ‘Cradle to Cradle’. Dans ce cadre, l’option choisie est un revêtement de façade en béton préfabriqué, qui obtient une note très élevée comme solution durable. Le matériau est recyclable à 98% et l’empreinte écologique est beaucoup plus faible que celle des finitions de façade classiques. »

De manière générale, la consommation durable d’énergie avait une grande importance dans ce projet. Le choix s’est porté sur le stockage d’énergie dans le sol. D’autres mesures, comme 500 panneaux solaires, la cogénération, une isolation poussée et des vitrages à haut rendement ainsi qu’une méthode de construction adaptée ont fait en sorte que la nouvelle résidence-services atteint un niveau E de 50 et un niveau K de 25. Grâce à cela, la consommation d’énergie est très faible. La structure de façade en panneaux sandwiches y contribue également.

© Verheyen

Les parois intérieures porteuses ont été assemblées avec 14 cm d’isolation (PIR) et une façade extérieure esthétique. Un système assemblé en usine apporte également un gain de temps de construction.

Ce qui caractérise les panneaux sandwiches de Verheyen Beton est l’utilisation de C-Grid®. Cette liaison carbone est plus économique, plus facile à placer et thermiquement inerte comparativement aux ancrages classiques en inox des panneaux sandwiches. Michel Catteau, directeur de Verheyen Beton explique  «  En plaçant cette fine structure en treillis sous un angle de 45°, il est possible d’aller encore un peu plus loin dans l’optimalisation des panneaux sandwiches. Dans une construction classique, la feuille intérieure reprend toutes les charges et la feuille extérieure pend sur cette feuille intérieure portante. Avec C-Grid® les feuilles intérieure et extérieure fonctionnent ensemble comme une seule paroi (isolée). Il se crée un effet composite et la feuille intérieure peut être moins épaisse. Ceci ne signifie pas seulement un panneau moins cher, mais grâce à une masse moins importante, moins de transports routiers, moins de fondations lourdes et moins de frais de grutage sur chantier.  »

Finition

Les différentes sortes de coffrages et traitements de finition des panneaux muraux confèrent au bâtiment un caractère encore plus naturel. Sebastien Cools  «  La partie centrale, ou la bien nommée colonne vertébrale est caractérisée par un béton architectonique acidé contre lequel une structure de poutres en bois est fixée, avec des profilés en L ancrés dans le béton des panneaux de façade. La structure en bois est joliment visible dans les poutres en bois d’épicéa. C’est pour cela que la façade arrière demandait un aspect égal et doux.  »

La façade des ailes transversales est constituée de béton blanc avec un coffrage en structure de planches. Celle-ci réfère d’une part à la structure de poutres de la colonne vertébrale, et d’autre part à l’environnement vert proche et plus particulièrement au Parc protégé Claeys Bouüaert voisin. Une troisième finition était destinée à la ‘cour anglaise’. La cuisine collective y a été intégrée, entièrement sous le niveau du sol et dans le marais du Zuidbroek. Le béton lavé ici, réfère au sous-sol gorgé d’eau des marais environnants.

© Verheyen

Le béton architectonique obtient le meilleur résultat lorsque la finition est optimale. L’attention portée aux joints y est cruciale. L’équipe d’architectes a consacré beaucoup d’attention au plan de jointoiement, qui a entre autres pu être dessiné avec précision grâce au modèle BIM 3D. Sebastien Cools  « Nous avons utilisé des linteaux horizontaux en aluminium, qui se poursuivent sur toute la longueur des façades. Grâce à cela nous devions seulement accorder une attention particulière aux joints verticaux. Un plan de jointoiement a été parcouru à l’avance avec tous les partenaires : de la construction au début des travaux. Il était important de mettre tous les partenaires sur la même longueur d’onde. Nous avons tenu compte d’un grand nombre de paramètres  : dimensions maximales et minimales d’un panneau en béton, qualité des joints, impact architectural, couleur des joints, coût financier et entretien ultérieur de l’ensemble. »

Lors de notre visite Arnon Grunberg séjournait dans l’aile encore vide. Dans quelques semaines, il fera place à des dizaines de nouveaux résidents. Après notre promenade nous pouvons conclure :  La résidence services Zuiderlicht est un endroit serein pour passer l’automne de sa vie. (KDA)

Zuiderlicht – Mariakerke (Gand), 2016-2018
Maître d’ouvrage : OCMW Gent
Architecte : THV ARCH & TECO – De Vloed
Entrepreneur : Strabag
Béton architectonique : Verheyen Beton
Surface brute : 11.752 m²
Prestations énergétiques : K25 / E50

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *