Qu’est-ce que la numérisation ?

iStockphoto

Si vous regardez actuellement la version imprimée de BETON 245 et que vous vous demandez combien de fois le mot ‘numérique’ est utilisé dans cette édition, il n’y a pas d’autre option que de lire et de regarder ce magazine du début à la fin. Ceux qui lisent la version numérique, par contre, obtiennent la réponse en quelques millisecondes. Cela donne le ton. Vive la numérisation ! Mais que signifie exactement la numérisation et pourquoi la considérons-nous si importante ? Ce numéro est une bonne occasion de rafraîchir la mémoire.

Dans les voitures équipées d’un indicateur de vitesse analogique, l’aiguille se déplace en continu sur le cadran, indiquant toutes les valeurs entre 0 km/h et la vitesse maximale. La valeur indiquée est continuellement liée à la vitesse réelle de la voiture ou, en d’autres termes, le changement de position de l’aiguille est analogue au changement de la vitesse de la voiture. Vitesse difficile à lire ” précisément “, car l’aiguille est en mouvement continu à l’accélération.

Votre ordinateur de bord peut également vous permettre d’afficher la vitesse sous la forme d’un chiffre à l’écran – numériquement. Malgré le fait que la vitesse de votre voiture change régulièrement, ce compteur de vitesse numérique l’affiche par paliers. Encore une fois, il est difficile de déterminer votre vitesse exacte. Ce n’est que si vous roulez un km/h complet plus vite que le compteur augmente d’une unité.

Le mot latin pour doigt est ‘digitus’. Dérivé de ceci est le mot anglais ‘digit’, qui représente un nombre plus petit que dix, un nombre qui peut être compté sur les doigts. La numérisation est la discrétisation, la conversion de l’information en valeurs comptables. En représentant ces valeurs sous forme binaire, ces données sont accessibles par ordinateur. Numériser, c’est traduire les données en une forme binaire, une série de uns et de zéros.

Lorsque vous numérisez un document à l’aide d’un scanner, un capteur détecte à intervalles réguliers la quantité de lumière réfléchie par la surface et transforme cette lumière en un signal électrique (V). Ce signal analogique est ensuite converti en un signal numérique composé uniquement de uns et de zéros. Fig. 1 montre comment la conversion d’un signal continu (analogique) en signal numérique peut s’effectuer.

Fig. 1 : Représentation simplifiée de la conversion d’un signal analogique en signal numérique (binaire).

Le fonctionnement des ordinateurs est basé sur des circuits électriques avec une interconnexion d’interrupteurs qui ne peuvent prendre que 2 positions : ‘on’ et ‘off’, ‘1’ ou ‘0’. Avec 8 interrupteurs (1 octet), 256 combinaisons peuvent être créées et ainsi des nombres de 0 à 255 peuvent être affichés. En raison du grand nombre d’interrupteurs, il est non seulement possible d’effectuer des calculs arithmétiques, mais aussi de mettre en mouvement un certain nombre d’événements. Le système binaire s’intègre donc parfaitement au fonctionnement interne de l’ordinateur. Une fois que les données sont disponibles sous forme binaire et peuvent être gérées par ordinateur, les possibilités sont illimitées.

Stockage des données

Les données numériques peuvent être facilement stockées. Cela permet d’abord d’économiser de la place. Les archives complètes peuvent être remplacées par un seul disque ou simplement stockées dans le ‘cloud’. C’est justement parce que les données occupent si peu d’espace qu’il est facile de faire et de gérer des sauvegardes, de sorte que la perte de données est presque impossible.

La numérisation de vos archives ne demande pas beaucoup d’efforts et n’a pas besoin d’être faite d’un seul coup. Les entreprises spécialisées aiment gérer vos archives ‘papier’ et mettre les données sur un support numérique selon vos souhaits de consultation de ces archives. Cela vous permet de consulter vos archives en ligne et seuls les documents pertinents sont numérisés.

Partage des données

Le mode de communication numérique est rapide et fiable. Cela signifie que les données peuvent non seulement être récupérées rapidement, mais aussi facilement partagées. Ce partage peut se faire à la fois passivement en mettant un fichier à la disposition de quelqu’un et activement en travaillant sur un fichier texte ou un modèle numérique avec plusieurs personnes en même temps.

Dans le secteur de la construction, le Modèle d’information du bâtiment (BIM) en est un bon exemple. Ce modèle, une base de données relationnelle, est la plate-forme centrale sur laquelle chaque partie concernée se base pour récupérer les informations qui la concernent. Parce qu’il n’est pas toujours nécessaire de partir d’une feuille vide, cette façon de partager les données permet de gagner du temps, de réduire les coûts et de bâtir des constructions plus sûres. Le BIM n’est pas une fin en soi, mais une étape cruciale dans la numérisation de l’industrie de la construction en général et de l’industrie du béton en particulier.

Le partage efficace des données favorise la coopération et ouvre la voie à de nombreuses applications intéressantes. Par exemple, une excavatrice qui s’arrête automatiquement sur la base d’un lien avec le modèle central si la position du godet de l’excavatrice entre en conflit avec la position des tuyaux sous-jacents, ou la projection des armatures prévues dans le coffrage, de sorte que les ferrailleurs n’aient plus à appliquer un plan de ferraillage.

Analyse des données

Les données numériques peuvent être facilement analysées, ce qui vous donne une idée de l’efficacité des processus et vous permet de les optimiser. De plus, des liens cachés dans les rapports analogiques peuvent être vus.

Aujourd’hui, tout le monde est familier avec la reconnaissance optique de caractères (OCR) lors de la numérisation d’un document. Avec cette technique, tous les caractères de l’image d’un texte sont reconnus par reconnaissance de formes et enregistrés pour un traitement ultérieur.

En analysant des images numériques, l’ordinateur peut également “reconnaître” d’autres objets et déterminer leur forme, leur taille et leur position. Cette technique, appelée photogrammétrie numérique, pourrait éventuellement être utilisée pour le contrôle de la qualité des éléments préfabriqués ou pour alimenter le modèle BIM avec les informations “conformes à l’exécution”.

Automatisation

La numérisation jette les bases d’une automatisation plus poussée. Parce que les données sont disponibles, un ordinateur peut effectuer des actions répétitives et il y a de la place pour mieux gérer les exceptions et les problèmes complexes. L’automatisation assure une relation de cause à effet cohérente et ne laisse aucune place à l’interprétation. Il y a moins de place pour l’erreur humaine, mais l’impact d’une erreur humaine, par exemple dans la mise en place d’un algorithme, peut être beaucoup plus important.

Empreinte écologique

On prétend souvent que la numérisation entraîne une réduction de l’empreinte écologique. C’est difficile à justifier objectivement. La numérisation nécessite une infrastructure étendue, dont l’impact est difficile à évaluer car cette infrastructure n’est généralement pas visible, par exemple les centres de données. Au cours des prochaines années, des études montreront sans doute la voie dans un sens ou dans l’autre. Ce n’est pas un argument pour savoir s’il faut numériser ou non, mais c’est un argument pour le traiter consciemment. Le mode de travail numérique est présent partout. Qu’il s’agisse de la relation avec les clients, les fournisseurs, les autorités publiques, les collègues, les machines de production, … . Il n’y a pas de retour en arrière possible. Essentiellement, notre façon de communiquer a changé au fil des ans. Pour continuer à communiquer efficacement et à comprendre les attentes et les besoins de chacun, nous devons transformer nos structures et notre façon de travailler. Cette transformation est la transformation numérique. Ce n’est qu’alors que nous pourrons à nouveau parler la même langue et agir de manière appropriée. En arrière-plan, il n’y a que des uns et des zéros. (SMA)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *