« Les bâtiments contemporains doivent être conçus d’emblée de manière à pouvoir remplir plusieurs fonctions, qu’elles soient ou non séparées dans le temps. »

Concrètement, je fais appel l'asbl BENOR pour qu'elle prenne l'initiative de créer un système unique et sans ambiguïté qui réponde aux attentes des constructeurs
belges et qui rende tous les autres systèmes superflus.

— Stefan Van Buggenhout

La huitième édition des FEBE Elements Awards s’est déroulée le jeudi 28 novembre à la Sucrerie de Wavre. Vous découvrirez plus loin dans ce numéro les projets lauréats et nominés. Lors de son discours d’introduction, Stefan Van Buggenhout, Président de la FEBE, a souhaité faire passer plusieurs messages importants. Découvrez ci-dessous la retranscription de son allocution.

Monsieur le Député, Chers invités, Chers collègues,

Bienvenue à la 8e édition des FEBE Eléments Awards! Une édition durant laquelle, comme les années précédentes, nous récompensons des projets en et utilisant le béton préfabriqué belge. Les experts du jury totalement indépendant se sont vu présenter pas moins de 74 projets cette année. Un nouveau record en termes de nombre d’inscriptions.

Ce n’est pas un hasard si nous sommes aujourd’hui réunis dans ce hall culturel flambant neuf à Wavre. La Sucrerie n’a ouvert ses portes au grand public qu’au début de ce mois et est, en grande partie, construite en béton préfabriqué. Le béton préfabriqué qui joue également un rôle important dans l’aménagement et la décoration de l’espace extérieur. En plus d’être devenue un magnifique espace culturel sur le plan esthétique, La Sucrerie offre une fonctionnalité exemplaire.

Grâce à la modularité et à l’adaptabilité de ce bâtiment, de très nombreuses activités peuvent y être organisées en plus des événements culturels. Ce bâtiment donne forme aux concepts de flexibilité et d’adaptabilité d’une belle manière. Deux aspects pour lesquels le béton préfabriqué excelle et, ce n’est pas tout à fait un hasard, il s’agit là du thème central de cette édition 2019.

CONSTRUCTION FLEXIBLE ET ADAPTABLE

Les bâtiments contemporains doivent être conçus d’emblée de manière à pouvoir remplir plusieurs fonctions, qu’elles soient ou non séparées dans le temps. Par exemple, il n’est pas inconcevable que les parkings urbains puissent être conçus de telle sorte qu’ils puissent servir plus tard de bureaux ou d’unités résidentielles.
Nos structures et nos infrastructures doivent également s’adapter aux besoins changeants de notre époque. Elles doivent être suffisamment résilientes pour s’adapter, par exemple, aux effets du changement climatique. Températures extrêmes, incendies de forêt, inondations, tempêtes… dans tous les cas, nous attendons de la structure qu’elle s’adapte, qu’elle continue à remplir sa fonction et à assurer sa protection.

Cette façon de construire permet de prolonger la durée de vie et de réduire l’impact sur l’environnement.

IMPACT ENVIRONNEMENTAL

« Impact environnemental », deux mots inévitables. Le matériau béton a une image négative à cet égard, notamment parce que du ciment est utilisé comme liant et que la production de ciment est une source importante d’émissions de CO2. Mais tous ceux qui lisent régulièrement notre magazine BETON savent qu’il faut objectiver cette discussion. Il ne faut pas comparer un mètre cube ou une tonne d’un matériau particulier avec un autre matériau, mais plutôt comparer des constructions ayant le même but, des constructions ayant le même niveau de protection et des constructions qui gardent le même niveau de confort. De ce point de vue, je suis convaincu que le béton préfabriqué est et reste le matériau de construction le plus approprié sur terre. Mais notre secteur doit aussi continuer à innover pour réduire encore son impact environnemental.

Il existe, parmi nos membres, des exemples inspirants dans ce domaine. Je note aussi avec un certain mécontentement qu’une prolifération de labels et de certificats devrait pouvoir permettre à chacun de démontrer la bonne performance environnementale de ses produits. Lorsque ces systèmes sont mis en place et deviennent une condition imposée par des constructeurs privés ou publics, le fabricant n’a souvent pas d’autre choix que de s’y adapter. Les conséquences financières sont importantes surtout si les fabricants doivent mettre en oeuvre plusieurs systèmes pour être en mesure de livrer leurs produits. Je suis d’avis qu’une rationalisation dans ce domaine devient de plus en plus nécessaire. Nos fabricants possèdent une longue tradition de contrôle et d’assurance qualité. Suivant cette tradition, nous pourrions également contrôler les paramètres des produits et des procédés qui sont pertinents pour estimer l’impact environnemental des structures et des infrastructures construites avec ces produits.

Concrètement, je fais appel l’asbl BENOR pour qu’elle prenne l’initiative de créer un système unique et sans ambiguïté qui réponde aux attentes des constructeurs belges et qui rende tous les autres systèmes superflus.
Adaptabilité et flexibilité, tel est le thème de l’édition de décembre de notre magazine BETON. Depuis 50 ans, notre Fédération s’efforce de vous fournir des informations correctes de cette manière. Le fait qu’aujourd’hui, avec un tirage de 15.000 exemplaires, BETON soit l’un des plus grands magazines européens de la construction et que nous puissions célébrer cet anniversaire ensemble, est principalement grâce à la confiance que vous, chers lecteurs, portez à ce magazine. Au nom du conseil d’administration, je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce magazine au cours de ces 50 dernières années. A l’occasion de cet anniversaire, nous avons numérisé l’ensemble des archives afin que vous puissiez consulter à nouveau tous les numéros en ligne.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *