Le projet innovant « City River » opte pour le béton préfabriqué

Le développement de la zone « Oosteroever » (qui signifie Rive Est en français) à Ostende bat son plein. Cette partie de la ville située entre l’entrée du port et le Spuikom, qui englobe une zone portuaire, un paysage de dunes et un quartier résidentiel existant, évolue pour devenir un pôle urbain attrayant qui invite à la promenade dans la nature, à la découverte de divers monuments ou à la contemplation de l’architecture contemporaine. Les travaux qui se déroulent actuellement dans la Victoriastraat inclus un projet de drainage spécial. La « City River » combine une politique de l’eau durable combinée à des aménagements innovants.

La Ville d’Ostende n’a pas fait les choses à moitié pour l’aménagement du domaine public de l’Oosteroever. Un master plan complet a été élaboré. La partie résidentielle du Hendrik Baelskaai ainsi qu’une partie de la Fortstraat et de la Liefkensmoresstraat ont déjà été réalisées. Lors de ces réalisations, l’espace public a été particulièrement soigné avec l’aménagement de vastes boulevards piétonniers le long des docks et d’une zone consacrée à la pêche. La construction de l’Oostdam, avec la tour radar en béton architectonique à son extrémité, fait également partie de la nouvelle zone. Nous nous y sommes déjà intéressés dans la revue BETON 226.

Kris Derveaux travaille au sein de la société d’égouts Farys. Il a conçu le projet City River et est étroitement impliqué aussi dans la gestion de l’eau de l’Oosteroever. Il explique : « La totalité du développement de l’Oosteroever s’inscrit dans le contexte du plan climatique d’Ostende. Ce plan est, d’une part, axé sur le changement climatique, les pics de précipitations devant pouvoir être absorbés. D’autre part, il intervient également dans le plan d’atténuation flamand (Vlaamse mitigatieplan). L’atténuation (mitigation) consiste à contrer ou à limiter le changement climatique par la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour ce faire, des zones vertes/bleues sont créées dans un contexte urbain. Il s’agit donc d’associer l’eau et la végétation. »

Les caractéristiques spécifiques du paysage côtier doivent être prises en compte du début à la fin de cet ambitieux projet. Le littoral est surtout vulnérable aux effets du changement climatique liés à l’eau. Les fortes intempéries génèrent nécessairement une augmentation du risque d’inondation du domaine public et du domaine privé. Parallèlement, le risque de pénurie d’eau liée à une sécheresse prolongée n’est jamais loin.

Kris Derveaux : « Une gestion appropriée de l’eau est nécessaire pour faire face aux effets du changement climatique et consolider la résistance du paysage côtier. Lors de l’élaboration des master plans, l’attention n’a pas uniquement été portée sur une bonne intégration dans l’environnement. Dans la mesure du possible, des fondations perméables ont été mises en œuvre et des canalisations en béton poreux permettant à l’eau de s’infiltrer dans le sol ont été employées pour l’eau de pluie. Nous œuvrons ainsi à une gestion durable de l’eau. »

SCAPE

La réfection de la Victorialaan, où se situera City River, s’inscrit dans le cadre d’un projet européen ambitieux : SCAPE (Shaping Climate Adaptive PlacEs), un vaste partenariat associant 8 pouvoirs publics participants de Belgique, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. L’essence du projet réside dans l’adaptation infrastructurelle des villes côtières au futur changement climatique. Tous les partenaires œuvrent de concert au « Landscape Led Design », à savoir le développement d’outils innovants et écologiques à même de résoudre le problème des effets des modifications du climat sur la problématique de l’eau.

Pour le drainage de la Victorialaan, les concepteurs ont opté pour un concept dans lequel l’eau de pluie du domaine public dans la rue est d’abord collectée dans une « City River » centrale, puis lentement acheminée vers un bassin tampon souterrain. Il s’agit d’une reconstruction spécifique de l’ancien site industriel maritime selon un concept d’égouts et de voiries innovants dans lequel le tamponnage, l’infiltration des eaux de pluie et l’expérience de l’eau dans la rue occupent une place centrale.

Kris Derveaux : « Les grilles d’égout traditionnelles disparaissent ainsi du paysage de la rue. On crée une « rivière urbaine » qui gagne en volume lorsqu’il pleut et retrouve sa largeur d’écoulement initiale après chaque averse. Cette City River a une capacité de stockage nettement supérieure et est mieux à même d’absorber les pluies intenses qu’un réseau d’égouts classique de capacité comparable. »

Une expérience de l’eau garantie

En principe, la rivière ne devrait jamais être à sec, de manière à pouvoir former un tampon contre les effets du changement climatique. Si, malgré cela, l’eau vient quand même à manquer, l’expérience de l’eau liée à la rivière reste assurée, grâce à un pompage de l’eau du tampon via la City River à l’aide d’énergie durable. Les systèmes d’eau de pluie des projets privés environnants sont également raccordés aux canalisations tampons de la Victorialaan, ce qui constitue une situation assez unique.

Canalisations en béton

Les canalisations en béton, qui ont été fournies par Lithobeton, ont un diamètre de 1.600 mm, la plus grande dimension pour canalisations armées disponible sur le marché. Kris Derveaux : « Ces canalisations servent à créer un tampon et une citerne de stockage. Le diamètre important permet d’utiliser les canalisations à moitié comme tampon permanent et à moitié comme tampon temporaire afin d’absorber les pics de précipitations et de permettre une évacuation à un rythme d’écoulement ralenti. Grâce au tampon, nous assurons une réserve d’eau suffisante pour faire face aux périodes de sécheresse. »

L’entreprise membre de la FEBE Lithobeton est fière de pouvoir participer à ce prestigieux projet. Hans Mesuere, directeur de la production chez Lithobeton : « Nous avons fourni environ 260 m de canalisations en béton pour City River, ainsi que 23 puits d’inspection et 21 collecteurs. Toute cette partie a pour objectif de faire office de tampon pour l’eau. Pour nous et pour l’entrepreneur chargé de la sous-structure, Vanlerberghe BV, cela a représenté un défi considérable. Le sol comportait plusieurs couches de perturbation (couches extradenses et donc difficiles à compacter, ndlr) et nous avions besoin d’une profondeur de tranchée de 3 à 4 m. Les canalisations sont de grandes dimensions et la profondeur a été calculée en fonction des traversées.

L’entrepreneur Hendrik Vanlerberghe, de chez Vanlerberghe BV, ajoute : « Les travaux ont donc été minutieusement préparés, de manière à ce que nous puissions en fin de compte atteindre le rendement nécessaire lors de la mise en œuvre. Il s’agissait essentiellement d’optimiser la stabilité de la tranchée de fondation. Ces canalisations pèsent 7 tonnes et, avec un sous-sol instable et humide, le risque de mouvements ultérieurs n’est pas négligeable. » Au vu de la profondeur de la tranchée, maintenir celle-ci au sec ne fut pas non plus une mince affaire. Hendrik Vanlerberghe : « Compte tenu des différentes couches de perturbation, la méthode classique de drainage vertical ne pouvait pas garantir que la tranchée reste suffisamment sèche pendant l’exécution des travaux. On a donc opté pour un drainage horizontal. Toutes les couches de perturbation ont été sectionnées et la tranchée a pu être maintenue parfaitement sèche moyennant un débit de pompage minimum. Cette technique a été mise en œuvre par Omni-drain, une société sœur de l’entreprise Vanlerberghe BV. »

Les canalisations d’un diamètre de 1.600 mm et d’une longueur très impor­tante de 2,85 m ont été sélection­nées de façon tout à fait délibérée. Hans Mesuere (Lithobeton) : « Le choix de ces grandes dimensions en longueur et en largeur, en plus de l’avantage d’assurer une plus grande stabilité, a également permis un meilleur rendement. La situation géographique de notre entreprise a également joué : Lithobeton étant située à proximité immédiate du chantier, les livraisons ont pu s’effectuer en ‘just in time’. »

Lithobeton et Vanlerberghe s’accordent pour dire qu’une bonne coopération est également un facteur de succès pour ce projet particulier : « Cela nous a permis de réagir rapidement face à des problèmes imprévus tels que le débranchement de puits ou de conduites existants et /ou inconnus. L’utilisation de constructions préfabriquées, dans ces circonstances également, prouve toujours l’utilité et l’avantage de celles-ci, et contribue notablement au bon déroulement des travaux et au délai d’exécution. »

Matériaux mis en oeuvre

Pour le revêtement de la City River, les matériaux employés auparavant pour le Hendrik Baelskaai ont été réutilisés : des pavés en béton taillé en grand format ont été choisis pour les zones piétonnières du côté de la zone de développement urbain, tandis que du côté des entreprises, la chaussée et la bande de stationnement ont été réalisées au moyen de dalles de béton lavé ou poli de chez Eurodal. Une esthétique d’aménagement identifiable au niveau de l’Oosteroever est donc recherchée. Le trafic du côté des entreprises et celui du boulevard piétonnier du côté du projet résidentiel sont séparés par la City River. Les poteaux d’éclairage, adressant un clin d’œil aux mâts d’un bateau, sont également très visibles.

Un lieu agréable

Avec son décor vert, adapté à l’environnement, la City River devient un lieu agréable. La végétation présente assure également le rafraîchissement nécessaire. Avec ses éléments verticaux et verts, City River crée une symétrie harmonieuse avec les constructions en hauteur des complexes résidentiels et des bâtiments industriels environnants. Si tout va bien, dès cet été, il fera bon vivre dans ce lieu exceptionnel voisin de la mer teintée de vert et de bleu.

CITY RIVER : Ostende 2020
Maître d’ouvrage: Farys / Stadsbestuur Oostende
Conception: Farys / AGSO (Autonoom Gemeentebedrijf Stadsontwikkeling Oostende)
Entrepreneur: Entreprise momentanée  Seru-Vanlerberghe
Travaux souterrains (Égouttage et zones tampon): Vanlerberghe 
Pavage et « City River » centrale:  Seru
Avec le soutien de : Interreg 2 Zeeën – SCAPE

Eléments en béton préfabriqué
Égouts en béton : Lithobeton nv
Zones de végétation : Ebema nv
Murs de soutènement en béton architectonique : Ebema nv
Dalles de béton grand format zone piétonnière : Bleijko nv
Dalles préfabriquées en béton : Eurodal nv

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *