Les routes aussi peuvent laisser l’eau de pluie s’infiltrer – Nouveau système d’infiltration pour les routes

Les revêtements perméables offrent une solution pour l’infiltration locale des eaux de pluie (voir aussi « Gérer efficacement l’eau… », p. 6). Mais les routes où le trafic est important ou lourd ou sur lesquelles les usagers se déplacent nécessitent un revêtement routier classique. Aquafin dispose désormais d’un concept qui offre la possibilité de construire des routes répondant au défi climatique. Une primeur réalisable grâce à l’utilisation de produits en béton préfabriqué.

Nouveaux produits

Un certain nombre de nouveaux produits en béton préfabriqué ont été développés pour cette innovation, notamment des avaloirs de rue avec système d’infiltration préfiltré et des caniveaux d’infiltration en U, spécifiquement dimensionnés.

Le système fonctionne simplement. L’eau de pluie s’écoule sur la surface de la route et pénètre d’abord dans l’avaloir d’infiltration. Elle s’écoule ensuite dans un caniveau en U avec infiltration spécialement dimensionné avant de se retrouver dans la sous fondation.  L’eau doit y être temporairement tamponnée pour qu’elle puisse s’écouler lentement vers le sous-sol. Un trop-plein d’urgence vers le système en aval pour l’eau de pluie ne sera nécessaire que pour les routes très larges ou lorsque le sol est très peu perméable. Mais même dans ce cas, beaucoup plus d’eau est retenue sur place et le rejet est plutôt limité.

L’inspiration pour les produits utilisés a été trouvée dans l’avaloir avec infiltration de Lithobeton. Le membre de la FEBE a également développé le nouveau caniveau en U avec infiltration, conçu de sorte que la surface ressemble à un caniveau standard, mais dont la capacité de perméabilité et de tamponnement offre une réponse au défi climatique. Ce caniveau avec infiltration offre également une dimension différente et plus large que d’habitude. 
De plus, la plupart des saletés de l’eau restent dans le caniveau, ce qui signifie qu’elles ne polluent pas le sol.

Performant

Le nouveau système est très performant et peut infiltrer environ 240 litres par seconde par hectare. C’est comparable à une chaussée perméable. Tous deux peuvent faire face à des averses exceptionnelles qui se produisent une fois tous les 20 ans. Le département de génie civil de la KU Leuven a calculé que la portance de la route, même en état de saturation – donc lorsque la sous fondation est gorgée d’eau – peut être assurée pour autant que la construction ait été correctement respectée, et ce pour les classes de construction B7 à B10.

Les calculs supposent que la durée de vie de cette conception routière innovante est égale à celle d’une construction routière classique. Le système a été testé et approuvé par AWV (Agentschap Wegen en Verkeer – l’Agence flamande des routes et du trafic) et AB-Roads. Les essais sur le terrain effectués par le Centre de recherche pour la construction routière (OCW) ont montré que des paramètres sûrs ont été utilisés pour les calculs. Le nouveau concept est entre-temps appliqué dans la commune de Staden (voir l’entretien ci-dessous).

Award

Pour affiner encore le système, Aquafin met en place différents projets dans les communes de Turnhout, Wetteren et Staden. L’entreprise teste le nouveau système pendant un an. Grâce à des capteurs, il surveillera l’infiltration de l’eau de pluie. La durabilité et la stabilité du revêtement routier seront également contrôlées. Le projet pilote de Staden a immédiatement remporté un prix Aquafin pour l’équipe de projet de l’année.

You may also like...