Propagation du feu dans la lame d’air ventilée : nouvelle réglementation – Exigences relatives à la classe de réaction au feu de la paroi extérieure et de l’isolation

La législation incendie actuelle ne formule pas d’exigences explicites au regard de la propagation du feu par le biais des «autres composants substantiels» d’un système de façade. Le Conseil supérieur de la sécurité contre l’incendie et l’explosion a récemment approuvé un texte en ce sens, dont la publication sous forme de loi est attendue d’ici mi-2022.

Les dispositions de la future loi constituent un complément à l’AR « Normes de base en matière de prévention contre l’incendie et l’explosion dans les nouveaux bâtiments ». Elles s’appliqueront à tous les bâtiments dont la demande de permis de bâtir a été déposée après une certaine date, qui reste encore à définir. En attendant la publication de la loi, nous en résumons le contenu dans ces pages. Les concepteurs et services d’incendie pourront utiliser le texte, quand il sera publié, comme code de bonnes pratiques. Cet article porte plus concrètement sur la paroi extérieure et les « autres composants substantiels » des façades en béton préfabriqué, avec ou sans lame d’air ventilée.

Par « composant substantiel », on entend : un matériau qui constitue une partie significative d’un produit non homogène et qui ne fait pas partie du revêtement extérieur de la façade. Une couche d’une masse par unité de surface ≥ 1,0 kg/m2 ou d’une épaisseur ≥ 1,0 mm est considérée comme un composant substantiel. Dans les systèmes de façades en béton préfabriqué courants, on parle alors d’isolation.

En principe, les systèmes de façades en béton préfabriqué garantissent une bonne protection de leurs composants substantiels constitutifs, sous réserve d’une conception correcte des détails et à condition que la classe de réaction au feu requise pour ces matériaux soit respectée.

La catégorie « systèmes de façades avec lame d’air » comprend les systèmes dont la façade est constituée d’une maçonnerie en blocs de béton ou de panneaux de bardage (le plus souvent en béton architectonique). Ces systèmes présentent donc une lame d’air ventilée entre la structure de la façade et l’isolation.

La catégorie « systèmes de façades sans lame d’air » comprend les systèmes dont la façade est constituée de panneaux sandwich ou doubles parois isolées. Ces systèmes ne présentent pas de lame d’air ventilée entre la paroi extérieure et l’isolation.

Exigences relatives à la classe de réaction au feu de la paroi extérieure de la façade et des «autres composants substantiels», ici l’isolation :

Bâtiments élevés: hauteur > 25 m

– Classe de réaction au feu de la paroi extérieure

  • A2-s3, d0 (béton = A1 = OK)

– Propagation du feu par l’isolation

  • Classe de réaction au feu A2-s3, d0 sans exigences supplémentaires
  • Classe de réaction au feu E = OK, à condition que soient présentes :

¬ Couche de protection K230 ou EI30 (= 6 cm de béton ou 9 cm de blocs de béton) sur tout le pourtour

ET

¬ une solution type pour bâtiments élevés = écrans coupe-feu

Bâtiments moyens: hauteur entre 10 et 25 m

– Classe de réaction au feu de la paroi extérieure

  • B-s3, d1 (béton = A1 = OK)

– Propagation du feu par l’isolation (sans lame d’air)

  • Classe de réaction au feu A2-s3, d0 sans exigences supplémentaires
  • Classe de réaction au feu E = OK, à condition que soient présentes :

¬ une couche de protection K210 ou EI15 (EI30 = 6 cm de béton ou 9 cm de blocs de béton) sur tout le pourtour

OU

¬ une solution type pour bâtiments moyens SANS lame d’air = écran coupe-feu

OU

¬ une une solution type pour bâtiments moyens AVEC lame d’air = écran coupe-feu

Bâtiments bas: hauteur < 10 m

– Classe de réaction au feu de la paroi extérieure

  • C-s3, d1 pour les bâtiments de classe 1 (béton = A1 = OK)
  • C-s3, d1 pour les bâtiments des classes 2 et 3 (béton = A1 = OK)

– Propagation du feu par l’isolation (sans lame d’air)

  • Classe de réaction au feu E sans exigences supplémentaires
  • Pas d’exigences relatives à la classe de réaction au feu, à condition que soit présente :

¬ une couche de protection K210 ou EI15 (EI30 = 6 cm de béton of 9 cm de blocs de béton) sur tout le pourtour

Clarification des exigences posées

Selon les tableaux de la NBN EN 1996 (Eurocode 6), la maçonnerie de façade en blocs de béton d’une épaisseur de 9 cm satisfait à l’exigence d’une résistance au feu EI30, et donc aussi à l’exigence EI15. Chaque façade maçonnée au moyen de blocs de béton répond donc à l’exigence d’appliquer une isolation relevant de la classe de réaction au feu E.

Selon les tableaux de la NBN EN 1992 (Eurocode 2), tout élément de paroi en béton (bardage, paroi extérieure en panneau sandwich ou à double paroi) d’une épaisseur d’au moins 6 cm satisfait à l’exigence d’une résistance au feu EI30, et donc aussi à l’exigence EI15. Toutes les façades en béton appliquées de nos jours ont une paroi extérieure d’une épaisseur minimale de 6 cm, et répondent donc à cette exigence.

Attention : « protection sur tout le pourtour » signifie réellement sur tous les côtés. Autrement dit : du côté extérieur et intérieur, aux extrémités de tous les percements, mais aussi au niveau des embrasures de portes et de fenêtres.

Les éléments de la façade ne sont pas tous soumis à l’exigence relative à la classe de réaction au feu ; ils n’y sont pas soumis si leur surface visible totale est inférieure à 5 % de la surface visible de la façade. Les joints, portes, décorations de façade et équipements techniques intégrés à celle-ci sont pris en compte à cet effet. En fonction de la composition globale de la façade, le matériau de jointoiement sera soumis ou non aux exigences relatives à la classe de réaction au feu.

Les solutions types seront illustrées dans le texte de loi au moment de sa publication. Elles dépendent de la présence ou de l’absence d’une lame d’air dans le système de façade. Les solutions types diffèrent pour les bâtiments moyens et élevés. Le principe consiste à interrompre la lame d’air ventilée et l’isolation par des écrans coupe-feu, qui limitent le risque de propagation du feu vers les étages supérieurs. La présence d’écrans coupe-feu peut être exigée autour (ou seulement au-dessus) des embrasures de portes et de fenêtres, à une certaine hauteur et/ou de manière récurrente à chaque niveau de construction. (JM)