Écrans antibruit – Deux chantiers, deux applications

Lorsque nous parlons de mobilité durable, nous pensons à des routes et des rues que les usagers peuvent emprunter en toute sécurité. Mais la sécurité et le confort des riverains locaux doivent également être pris en compte lors de la construction de grands axes routiers. C’est pour cette raison que des écrans antibruit sont installés à un nombre croissant d’endroits le long de nos autoroutes. Dans cet article, nous examinons de plus près deux chantiers présentant différentes applications. Des écrans classiques sont placés le long de l’E314 à Wilsele. Et l’installation d’une combinaison d’écrans intégrés et classiques a été retenue le long du R0 à Wezembeek-Oppem. Le ministère flamand des travaux publics, maître de l’ouvrage, BAM Contractors, entrepreneur, et Omnibeton, fabricant, expliquent les raisons de ces choix.

Le chantier de Wilsele s’inscrit dans le cadre du projet « Louvain Nord ». Il s’agit d’une série de travaux d’infrastructure à Wilsele et Kessel-Lo, destinés à améliorer l’accessibilité et la circulation et à rendre la configuration routière plus sûre. Peter Vanderheyden, chef de projet du maître d’ouvrage, le département mobilité et travaux publics du gouvernement flamand, explique : « Lorsqu’une étude de bruit a été réalisée le long de la E314 à Louvain et Wilsele, il s’est avéré que les anciens écrans antibruit existants étaient insuffisants pour répondre aux normes actuelles. Des écrans avaient certes été installés à cet endroit, mais ils étaient généralement en très mauvais état. L’étude sonore a également montré que les écrans devaient être placés dans un plus grand nombre d’endroits et devaient être plus hauts. Cela constituera un avantage pour les riverains, surtout sur le tronçon situé entre la bretelle de Herent, en direction de Lummen et un peu plus loin que la Pleinstraat à Holsbeek. »

Toujours le long du Ring de Bruxelles (R0), des murs antibruit sont installés à Wezembeek-Oppem et Kraainem pour protéger encore mieux les habitants contre les nuisances acoustiques générées par le trafic. Les écrans antibruit existants y sont en effet obsolètes.

BETON: Les écrans sonores installés sur ces chantiers sont de différents types. Pourquoi ces choix différents?

Jo Lucas, directeur commercial chez Omnibeton : « Sur le R0, nous avons opté en partie pour un système intégré. Là, le rail de sécurité et le mur antibruit sont intégrés dans un seul et même système. Ce système permet d’économiser de la place et offre l’avantage de ne pas nécessiter de lourds travaux de terrassement préparatoires, tels que l’enfoncement de pieux. Le système est placé de manière autonome sur une fondation porteuse classique. Grâce à cela, le mur peut également être déplacé si des travaux routiers sont nécessaires ou si l’infrastructure de la route venait à changer. »

« Le fait que le mur intégré prenne moins de place qu’un mur antibruit standard peut rendre cette solution plus accessible pour le maître d’ouvrage, car les travaux peuvent être effectués sans empiéter sur un espace ou une surface supplémentaire. Comme il ne faut pas enfoncer de pieux, cette solution est également pratique lorsqu’il y a beaucoup de conduites souterraines. Cela permet dans certains cas d’éviter de devoir procéder à des expropriations. »

Pieter Uyttendaele, ingénieur principal de site chez BAM Contractors : « Les deux types de murs antibruit sont utilisés sur le chantier longeant la R0 à Wezembeek-Oppem. Au total, 7 km de murs antibruit doivent être installés. Sur ceux-ci, 2,8 km sont des murs antibruit intégrés et 4,3 km des murs antibruit classiques. Le chantier est divisé en deux zones. Dans la première partie, les murs antibruit sont placés juste à côté de l’autoroute. Pour cette première zone, c’est le client, Agentschap Wegen en Verkeer (qui fait partie du ministère flamand des travaux publics (MOW)) qui a opté pour le système intégré. Cela constitue un avantage pour nous également, car les travaux préparatoires sont limités et l’installation peut être effectuée facilement depuis l’autoroute. »

« Dans la deuxième partie, l’autoroute est encaissée, soit plus bas que le terrain environnant, et les murs antibruit doivent être placés au sommet des talus. Ici, nous avons en partie opté pour les écrans classiques. Comme nous devons travailler au sommet du talus de l’autoroute, juste derrière le jardin des riverains, l’accès est très difficile et limité à certains endroits. C’est là que les panneaux classiques d’Omnibeton prouvent leur utilité. Ces écrans sont plus petits et plus légers que d’autres modèles disponibles sur le marché. Cela les rend plus maniables et permet à de plus petits engins d’accéder à l’arrière du jardin des riverains. »

Jo Lucas : « Un mur standard offre l’avantage d’être plus modulaire. Il offre plus de flexibilité dans la longueur – chaque élément de mur intégré mesure 3 m de longueur, mais il est aussi possible de jouer davantage avec la hauteur. Les profils intégrés sont limités à 4,5 m. Des profils HEA sont utilisés pour le mur standard (poutres de construction en acier en H, ndlr). Cela permet de monter des murs jusqu’à 10 m de haut, selon la nuisance acoustique qui doit être réduite. C’est une hauteur considérable. En règle générale, nous allons jusqu’à 6 m de hauteur. Avec un profil intégré, la charge de vent serait trop élevée pour garantir la stabilité. »

BETON: Y a-t-il des différences de qualité acoustique entre les deux systèmes?

Jo Lucas : « De la base au sommet, les performances acoustiques sont parfaitement équivalentes. Nous utilisons les mêmes matériaux pour les deux systèmes. L’absorbeur en béton renforcé de fibres de bois est posé dans un moule, et une structure porteuse en béton, armée elle aussi, est coulée par-dessus. C’est la distance par rapport à la source de bruit ou la puissance de cette dernière qui détermine la hauteur nécessaire des murs antibruit. Dans certains cas, un mur intégré ne suffit donc pas, malgré des qualités acoustiques équivalentes. »

BETON: Les panneaux sont-ils toujours réalisés sur mesure?

Jo Lucas : « Oui. C’est la hauteur du mur et la charge du vent qui détermineront le poids des profils HEA. Notre production s’adapte à l’épaisseur nécessaire pour faire glisser les murs dans les profils. Les absorbeurs – le composant offrant les performances acoustiques recherchées – sont eux aussi adaptés aux exigences du donneur d’ordre. Le reste de la finition, comme la couleur ou la structure, est également propre à chaque projet.»

BETON: Comment choisissez-vous une solution spécifique?

Peter Vanderheyden : « Les documents d’appel d’offres n’ont imposé aucun type spécifique de mur antibruit pour le chantier de Wilsele. Le soumissionnaire était libre de proposer un type correspondant aux spécifications techniques énoncées dans le cahier des charges. Le soumissionnaire régulier le moins cher était BAM Contractors, qui a choisi les produits d’Omnibeton. Un des avantages des écrans de chez Omnibeton est que BAM Contractors en a déjà installé à plusieurs reprises. L’entrepreneur sait par conséquent comment installer ces écrans de manière simple et efficace, ce qui permet d’obtenir un rendement élevé lors de l’installation. Personnellement, je trouve que ces panneaux présentent également l’avantage de permettre de réparer localement les petits dégâts sur le chantier ou les dommages causés aux éléments antibruit par le transport en y fixant de nouvelles « cassettes » insonorisées. Ce n’est évidemment pas le but recherché, mais c’est bien pratique. Omnibeton a également élaboré une procédure pratique à cet effet. Après la pose, le pouvoir adjudicateur et l’entrepreneur se déplacent en indiquant les endroits où des dommages doivent être réparés. »

BETON: Comment les chantiers se déroulent-ils, et quels sont les défis à relever?

Peter Verheyden : « Comme il s’agit d’une superficie considérable – environ 8.300 m² – aligner la production sur le rythme d’installation sur le chantier constitue un défi majeur. En outre, la crise de la COVID-19 et l’arrêt temporaire de la production et de la pose n’ont fait que corser ce défi. »

Jo Lucas : « Calquer la production sur le rythme d’installation est une chose à laquelle nous prêtons en effet énormément d’attention. Nous essayons en particulier de transporter les murs antibruit intégrés autant que possible par bateau. Le flux des éléments sur le site doit être parfait. Nous avons d’ailleurs reçu des échos positifs à propos de l’avancement des travaux sur les deux chantiers. »

Pieter Uyttendaele : « Pour livrer les éléments intégrés, Omnibeton a opté pour le transport fluvial jusqu’aux quais du canal de Willebroek, à Laeken. Cela a permis de réduire les trajets en camion et de garantir un rythme de livraison soutenu. Pour le reste, la coopération avec Omnibeton a été excellente, grâce à son implication de tous les instants et à sa flexibilité dans la mise en œuvre. Pour le chantier de Wezembeek-Oppem, nous travaillons avec un motif de couleur, ce qui représente toujours un défi supplémentaire en termes de logistique. » (KDA)

INSTALLATION DES ÉCRANS ANTIBRUIT – Wezembeek-Oppem (R0) & Wilsele (E314)2020

Maître d’ouvrage: Agentschap Wegen en Verkeer (Afdeling Mobiliteit en Openbare Werken van de Vlaamse Gemeenschap)
Entrepreneur & Bureau d’études: BAM Contractors
Écrans antibruit: Omnibeton nv

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *