Réalisation correcte du remplissage des joints et de la dalle de compression sur les dalles alvéolées

© Fingo

Les joints longitudinaux entre les dalles alvéolées doivent être remplis de béton sur le chantier afin de permettre une bonne collaboration. Si nécessaire, une dalle de compression en béton constructif peut être appliquée pour augmenter la capacité portante du plancher ou pour transférer les charges horizontales du plancher à la fondation via des noyaux ou des murs de stabilité. L’épaisseur de la dalle de compression, la classe de résistance du béton et l’armature sont déterminées par le service d’études du fabricant des dalles alvéolées ou le bureau d’études chargé de l’étude de stabilité. L’épaisseur doit être garantie au point le plus haut des éléments du plancher. Dans le cas des éléments précontraints, ce point est situé au milieu de la travée. Cela s’applique également aux éléments en béton armé qui sont munis d’une contre-flèche lors de la pose pour réduire la flèche totale.

Afin de reprendre le retrait de séchage du béton durci, un renforcement est prévu dans la dalle de compression. Cela peut se faire sous forme de treillis ou de fibres d’acier. Les treillis sont généralement placés directement sur les éléments du plancher. Cependant, pour les dalles de compression épaisses (≥ 6 cm), il est conseillé de les placer sur des espaceurs car le retrait de séchage est plus important en surface. Un treillis d’armature de 150/150/5/5 mm est généralement suffisant. Ceux-ci doivent être placés avec un recouvrement d’au moins 2 mailles.

Pour une utilisation à l’intérieur de bâtiments avec un climat intérieur normal, la classe environnementale EI est valable pour le remplissage des joints et la dalle de compression. Il n’est donc pas nécessaire d’ajuster la classe environnementale à l’exposition temporaire pendant la construction du bâtiment. Le facteur eau-ciment devrait être limité à 0,55. Souvent, un béton de classe environnementale EE2 est commandé pour cette raison. La classe environnementale requise de la dalle de compression peut également différer de celle des éléments de plancher, par exemple dans les parkings ouverts où les éléments de plancher sont moins exposés que la dalle de compression polie. Le calibre maximal des granulats du remplissage des joints et de la dalle de compression doit être limitée à 8 mm afin d’obtenir un remplissage du joint optimal. Pour une bonne ouvrabilité, la classe de consistance S4 ou F4 est souhaitable. N’ajoutez jamais d’eau supplémentaire au béton afin d’en augmenter l’ouvrabilité. En principe, une dalle de compression est appliquée en même temps que le remplissage du joint, mais ce n’est pas nécessaire. La dalle de compression doit être coulée en une seule phase pour éviter les joints de reprise horizontaux.

Avant le coulage du béton, des mesures doivent être prises au niveau des joints longitudinaux pour éviter la perte de laitence et donc la formation de nids de gravier. Cela peut se faire, par exemple, en prévoyant au fond une fine couche de mortier ou une bande de scellement à cellules fermées. Il est interdit de remplir les joints avec des restes de béton et de mortier. Une partie importante de la préparation consiste à nettoyer la surface supérieure et les bords latéraux des éléments du plancher afin d’obtenir une bonne adhérence. À la jonction entre les éléments du plancher et la dalle de compression, des contraintes de cisaillement sont créées par les charges sollicitantes. Les surfaces de jonction doivent résister à ces contraintes de cisaillement pour assurer l’action monolithique du plancher composite. Ceci est nécessaire pour la capacité portante requise du plancher. Les fabricants le vérifient lors de la conception du plancher sur la base des prescriptions des normes applicables1. Les contaminants tels que les gravats de construction, la poussière de meulage, la sciure, la boue, les restes de bâche en plastique, ainsi que les taches de rimes et de glace réduisent la résistance au cisaillement, créant un risque de relâchement de la dalle de compression. En outre, le retrait de la dalle de compression peut également avoir un impact négatif sur l’adhérence. Lorsque l’eau de gâchage du béton est aspirée par le béton sec sous-jacent des éléments de plancher, des fissures de retrait plastique peuvent se produire. C’est pourquoi les surfaces doivent être saturées d’eau sans formation de flaques.

Le coulage du béton se fait au moyen d’une benne ou d’une pompe à béton. La hauteur de chute du béton doit être limitée à 1 m et le coulage doit s’effectuer suffisamment rapidement pour éviter les joints de reprise. Immédiatement après l’application, le béton doit être compacté. Pour un résultat optimal, l’utilisation d’une légère poutre vibrante est recommandée. Si seul le remplissage des joints est réalisé, l’utilisation d’une aiguille vibrante est recommandée. Pour les dalles de compression sur des éléments de plancher épais, la meilleure méthode consiste à combiner une aiguille vibrante et une poutre vibrante. Pour éviter que trop de béton coule dans les canaux, ceux-ci doivent être scellés aux extrémités, aux évidements, aux alvéoles ouvertes et aux têtes de marteau. Selon la forme et les dimensions des alvéoles, cela peut être fait avec des bouchons de laine de roche ou des bouchons spéciaux fournis par le fabricant à la demande de l’entrepreneur.

Après le compactage, le béton doit être protégé d’une déshydratation prématurée. Le temps entre la coulée du béton et le post-traitement doit être aussi court que possible pour éviter les fissures de retrait plastique. La pulvérisation d’un agent de cure et la nébulisation d’eau sont des méthodes courantes. La durée du post-traitement dépend du taux de durcissement et du taux de déshydratation du béton. Les lignes directrices pour la durée du post-traitement se trouvent dans la norme pour l’exécution des constructions en béton2. Pour les dalles de compression de la classe environnementale EI, à l’exception des planchers industriels et du béton pour lesquels une qualité de surface élevée est requise (par exemple les parkings), une durée de post-traitement de 12 heures s’applique. S’il fait plus de 5 °C au moment du bétonnage ou pendant les 72 heures qui suivent, des mesures doivent être prises pour éviter les dommages. Ici aussi, la norme pour la mise en œuvre des structures en béton fournit des lignes directrices. Dans ce cas, contactez toujours le fournisseur du béton pour discuter des possibilités. Si la température reste inférieure à 0 °C pendant la journée, il est judicieux de reporter le coulage. Cela s’applique également aux fortes pluies.

Lors de l’assemblage des éléments et du coulage de la dalle de compression, l’eau peut pénétrer et s’accumuler dans les alvéoles. En hiver, cette eau peut causer des dégâts dus au gel aux éléments du plancher. Afin d’éliminer ce risque pour l’entrepreneur, les fabricants peuvent prévoir des trous dans la partie inférieure des éléments de plancher par lesquels l’eau peut s’écouler. Dans les éléments de plancher épais (> 20 cm), ces trous de drainage sont fournis de façon standard par la plupart des fabricants. Pour les éléments minces, cela ne se fait généralement que sur demande. Les trous de drainage doivent être percés immédiatement après l’installation des éléments de plancher et avant l’application de la dalle de compression afin de s’assurer qu’ils sont ouverts. Après avoir coulé la dalle de compression, il est recommandé de percer à nouveau les trous de drainage. (BHE)

1  NBN EN 1992-1-1+ANB et NBN EN 1168 + NBN B 21-605
2 NBN EN 13670 + NBN B 15-400

You may also like...