Entretien avec Sonja Kuypers – FEBESTRAL

Rester sur le banc de touche n’est pas une option

— Sonja Kuypers

© Studiovision

La Fédération de l’Industrie du Béton compte plusieurs groupements. Les fabricants y discutent de l’avenir de leur secteur, tant sur le plan promotionnel que technique. FEBESTRAL, l’un de ces groupements, rassemble les fabricants de produits en béton destinés au marché du pavage. Les membres ont désigné un nouveau président, en l’occurrence une présidente, juste avant les congés du bâtiment. Sonja Kuypers, avec ses nombreuses années d’expérience dans le secteur du béton, connait bien FEBESTRAL et le secteur de la construction en général. C’est donc en sa qualité de présidente de FEBESTRAL que Sonja Kuypers s’est confiée à BETON. Elle nous évoque notamment les défis du groupement dans les prochaines années.

Sonja Kuypers: « Je m’appelle Sonja et suis née en 1964. Je le dis d’emblée. Je travaille chez Ebema depuis 1990. J’ai donc vu le secteur du béton changer considérablement au cours de toutes ces années. J’ai personnellement débuté dans la vente, avant de devenir pendant une longue période directrice commerciale. Depuis 2016, je suis à la tête d’Ebema en tant que co-CEO. Au départ, c’était avec Jan Panis, qui est également actionnaire. Depuis peu, je partage la fonction avec Bart Van Winkel. Je suis moi-même depuis longtemps active au sein du groupement FEBESTRAL, aux côtés de l’ancien président de la FEBE Ludo Panis. Je peux donc dire que je connais bien les collègues du groupement. »

BETON: Vous avez vu le secteur changer au cours des 30 dernières années, dites-vous. Quels ont été selon vous, les changements les plus marquants?

Sonja Kuypers: « Pendant longtemps, les fabricants de FEBESTRAL se sont concentrés uniquement sur la « décoration » des espaces publics et des jardins. Alors qu’au début de ma carrière, seul l’aspect purement fonctionnel était pris en considération, depuis lors l’aspect esthétique s’y est progressivement ajouté. Il s’agissait d’une évolution importante que FEBESTRAL, a suivie de près. La promotion étant l’activité principale du groupement, nous avons édité plusieurs belles publications qui mettent l’accent sur la combinaison de la fonctionnalité et de l’esthétique. Cet aspect esthétique n’était pas seulement important sur le plan commercial, mais a également fait évoluer la production : la gamme de granulats s’est élargie, la forme des produits s’est complexifiée et depuis lors les fabricants proposent différents types de revêtements et de finitions. Ce changement nous a permis de renforcer notre positionnement sur le marché. »

BETON: Logiquement, la question suivante que nous voudrions vous poser est de savoir à quels changements vous vous attendez dans les années à venir?

Sonja Kuypers: « Les défis des années à venir se situeront certainement à un niveau social plus large. Je pense particulièrement à la question de la durabilité. Beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites sur ce sujet, assurément. Mais l’attention portée sur la question de la durabilité a un impact majeur sur notre secteur qui n’est pas prêt de diminuer à l’avenir, bien au contraire. »

« Surtout avec notre pavage perméable, nous sommes devenus un partenaire important dans le débat sur la durabilité au niveau du secteur de la construction. Initialement, le revêtement perméable était principalement utilisé pour prévenir les problèmes de surabondance d’eau et les inondations. Désormais, nos produits sont choisis principalement pour permettre à l’eau de pluie de pénétrer sur place dans le sous-sol. Nous savons tous que l’eau devient l’or bleu de demain. Dans un futur proche, nous devrons non seulement veiller à ce que l’eau de pluie s’infiltre dans le sol, mais qu’elle puisse également être récupérée par les entreprises ou les particuliers pour être réutilisée. Il s’agira d’un changement lui aussi très important. La perméabilité est un aspect important de la durabilité pour les fabricants de FEBESTRAL, mais ce n’est qu’un aspect de l’ensemble du débat sur la durabilité dans le secteur de la construction. »

BETON: Quels autres défis voyez-vous dans le domaine de la durabilité?

Sonja Kuypers: « Le béton, en tant que matériau, continuera à être un sujet en soi et il ne fait aucun doute qu’il continuera d’exister. Cependant, si le secteur du béton veut rester pertinent il doit également assumer un rôle social. Les matières premières utilisées sont naturelles et locales, mais l’utilisation du ciment a part non-négligeable dans les émissions mondiales de CO₂. Nous ne pouvons pas l’ignorer : le secteur du ciment devra certainement prendre ses responsabilités, mais nous devrons également réfléchir aux différentes options pour nous libérer de cette production intensive en CO₂. C’est assurément un défi majeur. C’est ensemble que nous devrons le relever. La nécessité d’aborder les choses ensemble n’a sans doute jamais été aussi grande qu’aujourd’hui. À côté de la durabilité, je pense également à la nécessaire approche commune de la numérisation, afin de pouvoir fournir le bon service à nos clients. »

BETON: Voyez-vous cette numérisation au sein de la partie commerciale des opérations des entreprises?

Sonja Kuypers: « Entre autres. Actuellement, par rapport à d’autres secteurs internationaux, nous opérons principalement au niveau local, et nous connaissons donc souvent nos clients personnellement. Une nouvelle génération de clients nous attend, et elle souhaite pouvoir s’informer 24h/24 et 7j/7. Ils voudront toujours et partout consulter notre offre, mais aussi toutes ses caractéristiques en termes de durabilité et d’applications possibles. Adapter une entreprise à la génération numérique est un changement radical : il s’agira d’être présent numériquement, d’être capable de répondre numériquement aux questions, de tenir les clients informés numériquement de leur commande et du stade où elle se trouve dans son exécution, etc. Cet ADN numérique n’est pas encore ancré dans notre secteur. Dans les années à venir, nous aurons certainement à cœur d’observer comment d’autres fabricants de matériaux – les fabricants de briques, d’isolants, etc. – abordent cette problématique. Nous n’avons pas à réinventer la roue. Quand je parle de numérisation, je pense aussi à toute l’évolution du BIM, à laquelle nous pouvons contribuer à l’avenir. »

BETON: Comment envisagez-vous de relever ces défis avec les autres fabricants?

Sonja Kuypers: « Il est encore trop tôt pour lister des actions concrètes. Arriver à un consensus entre les fabricants du groupement est très important pour être en mesure d’apporter une réponse décisive. Comme je l’ai souligné plus haut, les défis d’aujourd’hui se situent aussi à l’extérieur des entreprises, au sein de la société. Ils n’ont jamais été aussi importants. Tous les fabricants de béton sont dans le même bateau – y compris ceux qui ne sont pas membres de FEBESTRAL – et nous devons absolument nous accorder sur le cap que nous voulons atteindre. Un certain nombre d’évolutions peuvent nous rebuter, en particulier les changements dans la construction. Mais nous pouvons également les voir comme des opportunités. “Never waste a good crisis!” Il sera certainement nécessaire de procéder à une réflexion de nature stratégique. Nous pourrons de cette façon examiner les opportunités et déterminer les objectifs à long terme. Je vois cette présidence comme un défi majeur. La nécessité de relever les défis ensemble, en tant que fédération ou groupement, n’a jamais été aussi grande qu’aujourd’hui. Rester sur le banc de touche n’est pas une option. »

BETON: Comment répondriez-vous à la question précédente si vous deviez vous exprimer uniquement comme responsable d’entreprise?

Sonja Kuypers: « Dans notre secteur, au cours des dernières années, de nombreux développements de produits ont été réalisés. En tant que fabricants, nous devons certainement continuer à investir dans des produits intelligents et des actions intelligentes. Nous proposons actuellement des produits luminescents, des produits antibruit et, bien sûr, des produits perméables à l’eau. Nous devons poursuivre sur cette voie. Le« pavage intelligent » sera certainement un aspect important de notre travail. Nos produits ne doivent pas simplement consister en un « pavage », ils doivent aussi offrir deux ou trois fonctionnalités supplémentaires. C’est également par cette voie que nous pourrons apporter notre contribution à la société. »

BETON: Bonne chance! (KDA, RP)