Le béton préfabriqué est un élément essentiel de la solution. Cela mérite une campagne positive, n’est-ce pas, Natuurpunt  ?

Le béton préfabriqué est donc le matériau idéal pour réaliser des bâtiments, des structures et des espaces ouverts multifonctionnels, durables, adaptables et circulaires.

— Stef Maas

« Pourquoi voulez-vous travailler pour une industrie que la presse accuse d’être responsable, disons, de 5 % des émissions mondiales de CO2 ? » La jeune femme a hésité un instant et a répondu : « Cela n’a sûrement qu’un rapport avec la quantité de béton utilisée et non avec le matériau lui-même… »

Je n’aurais pas pu mieux dire. Nos besoins mondiaux en structures et en infrastructures sont énormes et ne cessent de croître. En l’absence de politique adéquate, ce besoin se traduit par une augmentation de l’occupation des sols et une diminution de l’espace réservé à la nature et à la biodiversité. Quiconque connaît les “neuf frontières” que l’humanité doit respecter pour que la planète reste habitable sait que le paramètre de la biodiversité est depuis longtemps en rouge foncé. L’occupation de l’espace est la principale menace qui pèse sur cette biodiversité à l’échelle mondiale, selon le Living Planet Report 2020 du WWF.

Ce rapport cite également la surexploitation, les espèces invasives, la pollution et, en cinquième position, le changement climatique. Notre secteur est bien conscient de ces problèmes. Si nous voulons redonner de l’espace à la nature, nous devons vivre plus près les uns des autres. Des villes avec un mélange équilibré de tours d’habitation, d’appartements et d’espaces ouverts de qualité sont à portée de main.

Le béton préfabriqué est donc le matériau idéal pour réaliser des bâtiments, des structures et des espaces ouverts multifonctionnels, durables, adaptables et circulaires. Le passage des pays nordiques au béton préfabriqué confirme ce potentiel. Cependant, localement, les gens continuent d’utiliser le mot “béton” dans un contexte négatif, ce qui fait que notre valeur ajoutée est sous-exposée. Le “Rapport sur le béton” récemment publié par Natuurpunt en est un bon exemple. Il s’agit d’un rapport solide qui traite de l’artificialisation croissante de la Flandre mais qui, par le choix délibéré de mots négatifs, semble faire porter la responsabilité au secteur du béton. Le béton préfabriqué est un élément essentiel de la solution. Cela mérite une campagne positive, n’est-ce pas, Natuurpunt ?