“Dans la construction, nous sommes également confrontés à des demi-vérités.”

En ce début d’année universitaire, j’invite les scientifiques à continuer à faire preuve d’esprit critique, à prêter attention à l’importance d’une communication scientifique claire et à adapter leur message à la plateforme qu’ils souhaitent utiliser et au public qu’ils veulent atteindre.

— Stef Maas

Le terme “Factless politics”, souvent entendu à l’approche des élections américaines de 2016, fait référence au fait que les représentants politiques osent faire usage de “vérités” sans avoir aucun fait pour les étayer. Des demi vérités, voire des fabrications, qui sont censées appuyer les affirmations de la personne en question.

ShuterStock

Dans la construction, nous sommes également confrontés à des demi vérités. Les arguments marketing sont présentés comme des faits que l’on espère voir être assimilés rapidement par le grand public.

Par exemple, chacun a une opinion sur la résistance au feu ou l’impact environnemental du bois, sans connaître les faits. Comment devons-nous faire face à cette situation ? Comment obtenir les faits ? Esprit critique ! La science est d’une grande aide ici. Après tout, les scientifiques doivent, par nature, douter, réfléchir et enquêter afin de contribuer à l’avancement des connaissances qui convergent vers la vérité, même si elle est temporaire par nature. La science doit être le phare de la confiance. La crise du Coronavirus a toutefois davantage ébranlé cette tendance. Quiconque observe les réseaux sociaux, Twitter en particulier, est souvent témoin de la façon dont les compétences limitées en matière de communication des scientifiques et leur choix d’exprimer des sujets compliqués en un nombre limité de caractères entraînent une perte de contexte et de nuance. Lorsque le grand public utilise ces informations limitées pour confirmer sa propre vérité au lieu de la remettre en question, l’esprit critique se perd, la polarisation se produit et la confiance dans la science s’érode.

En ce début d’année universitaire, j’invite les scientifiques à continuer à faire preuve d’esprit critique, à prêter attention à l’importance d’une communication scientifique claire et à adapter leur message à la plateforme qu’ils souhaitent utiliser et au public qu’ils veulent atteindre. Peut-être pourrons-nous de cette manière rétablir la confiance dans la science.